Réponse à Mme Sakina Ait-Ahmed pour son commentaire au sujet de l’activité du CAM à Saint-Hyacinthe

Dans un premier temps, nous recommandons fortement à cette dame, avant de se lancer dans une diatribe stérile et improductive, de s’informer au préalable et de ne pas se baser sur des opinions lancées avec tant de légèreté par une autre personne, akka i-d nnan. C’est tout à fait déconcertant venant d’une personne responsable au sein du Gouvernement Provisoire de Kabylie. Nous l’invitons par la même occasion à s’informer auprès de ses collègues et collaborateurs de sa famille politique sur les activités et positions du CAM. Nous tenons tout de même à porter à sa connaissance certains faits :
- Nous essuyons régulièrement des reproches, supposés ou avérés, de personnes qui, justement, trouvent que nous affichons des positions proches de celles du GPK/MAK. Nous vous renvoyons à l’article de Samir Ben paru dans El Wattan en date du 25 avril 2015, article auquel nous n’avons jamais apporté de démenti.
-Il ne se déroule pratiquement pas d’activités organisées par le CAM, sans que Lhasen Ziani, que madame cite, ne soit invité à titre honorifique ou en qualité de conférencier.
- Lors du dernier passage de Ferhat Mehenni auquel elle fait référence, une des membres du conseil d’administration, du Centre Amazigh de Montréal, était présente à la même table que ce dernier. C’était même elle qui avait lu la déclaration ayant accompagné la remise du « Prix de la résistance » au président du GPK.
- Le 13 juin, jour de la célébration de la Journée de la Kabylie organisé par le CAM, deux drapeaux kabyles ont trôné tout au long de la soirée sur la scène.
- Le CAM vient d’enregistrer la démission d’un de ses membres pour cause de rapprochement trop prononcé, selon son opinion, avec les thèses du GPK/MAK.
- Le président de la section MAK Montréal est membre du conseil d’administration du Centre Amazigh de Montréal.
- 7 membres du conseil d’administration du CAM sur 13 étaient présents lors de la levée du drapeau kabyle à Montréal.

Bien que le Centre Amazigh de Montréal soit une association à caractère apolitique, nous avons adopté avec conviction la ligne de conduite qui consiste à donner audience et offrir la tribune à tous les militants qui œuvrent dans l’intérêt de la Kabylie de quelque obédience que ce soit lors de nos activités.
Nous terminerons en disant à madame qu’elle ferait mieux d’utiliser son flair politique et l’acuité de ses analyses au service de la Kabylie qui en a tant besoin au lieu de chercher à « opposer des arguments justifiés et fondamentaux  » à des militants sincères et honnêtes qui ne cherchent qu’à contribuer du mieux qu’ils peuvent à la cause qui nous unit tous.
Nous pouvons diverger sur les voies et moyens, mais de grâce, arrêtons de nous mener la guerre les uns aux autres, stratégie que le pouvoir a de tout temps utilisée et souvent avec bonheur.

Le Centre Amazigh de Montréal.

Un commentaire sur “Réponse à Mme Sakina Ait-Ahmed pour son commentaire au sujet de l’activité du CAM à Saint-Hyacinthe”

  1. Aqerdac dit :

    Azul fellawen,
    J’ai du mal à saisir le fonctionnement du GPK. J’en suis vraiment déçu. Je crois que chacun fait à sa tête et cela dérange tous les Kabyles qui ont du bons sens. Rien que durant ce dernier mois on a pu constater un comportement enfantin et même irresponsable.
    À ce sujet, Le vice président Ziani mondialement connu pour son appatenance au GPK anime toutes les conférences du CAM (y compris celle du 14 juin, journée de la nation kabyle). Les militants, soit disant du MAK, ne viennent pas célébrer la journée de la nation kabyle mais se démènent avec publicités et défilés de robes kabyles pour la fête du Québec. Ceux-ci disent qu’il ne faut pas laisser la scène aux islamistes (a yemma yemma, les islamiste brandissent des épées et nous leur brandissons des femmes. nos aieux vont se retourner dans leurs tombes).
    La dite  »Tirugza » militante du MAK, raconte n’importe quoi, donc passons…
    La Ministre Sakina Ait Ahmed ne consulte même pas son vice président avant de s’attaquer à une association amie dans son propre territoire.
    Le président Ferhat Imazighen Imula rend deux visites à l’association ‘Tiregwa » qui a tout le temps saboté les activités du MAK /GPKet dont le responsable a toujours flirté avec les islamistes et continue de le faire.
    Est-ce qu’on peut appeler cela une déconfiture? Contentons-nous pour l’instant de dire que vous étalez de la confiture (ce qui arrive toujours à ce qui en très peu).
    Vous avez besoin de vous parler avant de devenir la risée de tout le monde.

Laisser une réponse