Communiqué

Communiqué

Le CAM amorce sa 23ème année d’existence. Son aura a atteint un niveau appréciable auprès de la communauté kabyle qui a toujours répondu massivement à ses appels dans le cadre de ses activités. Yennayer, la fête des Kabyles de Montréal au parc Angrignon et les poésiades d’expression kabyle se démarquent de par l’intérêt qu’elles suscitent. À noter qu’il est souvent arrivé que même des personnes d’autres communautés, arabophone, haitienne, des québecoise et autres se joignent à ces manifestations.

Aujourd’hui, force est de constater que les personnes qui se sont le plus impliquées dans la vie du CAM comme animateurs ou comme participants à ses activités sont issues de la communauté kabyle. Pour cette raison, l’association a entamé un virage depuis un certain temps pour s’adresser explicitement, dans ses messages et ses manifestations, à cette communauté. Il est donc, venu le temps pour le CAM de compléter sa mue et d’intégrer la « kabylité » dans son acronyme pour lui rendre hommage et lui donner ce qu’elle mérite. Il y a également le souci de s’adapter à l’évolution et à la réalité du combat identitaire sur le terrain.
Désormais, le Centre Amaziɣ de Montréal lance la réflexion pour intégrer le mot « kabyle » de manière aussi efficace que pertinente dans la dénomination de l’association tout en gardant l’acronyme CAM.

Laisser une réponse